Annulation des courses à cause du coronavirus

Après les deux courses auxquelles j’ai participé en février, toutes les courses auxquelles que je prévoyais ont été annulées.

La Patrouille de la Maya, la Pierra Menta, le Défi des Faverges, la Matinale des Dames et les championnats d’Europe sont ainsi passés à la trappe.

Comme je le dis sur Facebook à propos de l’annulation de la Pierra Menta:

« Lors de ma blessure en décembre je m’étais juré que j’y participerais. Cette excitation m’avait motivée durant toute ma convalescence et mon retour progressif aux entraînements. Je l’avais en ligne de mire. Je me réjouissais tellement d’y participer avec Arnaud Gasser !
Le coronavirus en aura décidé autrement. Mais bon, je pense surtout aux personnes touchées par le virus ou par n’importe quelle maladie et je me dis qu’il y a des choses plus importantes que de participer à une course.
Le fait de ne pas pouvoir participer à des courses n’atténue en rien ma passion pour la montagne et tout le dévouement que je mets dans mes entraînements.
En pensée avec tous les organisateurs d’événements et tous ceux que ce virus impacte. »



Retour à la compétition

Enfin! Près de deux mois après mon accident, l’évolution de la guérison de ma cheville et mes sensations à l’entraînement me permettent de participer à mes premières courses de 2020. Même si la forme n’est pas encore excellente vu que je n’ai repris l’entraînement que depuis quelques semaines, quel plaisir de pouvoir épingler un dossard sur ma cuisse!

Ma première course fut l’Epic Ski Tour le 15 février dans la vallée d’Aoste en Italie. La compétition était rude car plusieurs athlètes de coupe du monde avaient fait le déplacement, l’idéal pour faire le bilan de mon état de forme. Même si le côté « performance » était important, la priorité était de ne pas ressentir de douleur à mon pied ni d’avoir d’appréhensions dans les descentes. Mission accomplie, car en plus de ne pas ressentir la moindre douleur ni de peur dans les descentes, je termine à un très encourageant 8e rang.

Ma deuxième course fut la Swiss Peaks Skimo Night race le 21 février, une course par équipe en nocturne du côté de Torgon. En duo avec Yannick Ecoeur, nous terminons au 2e rang. Mes sensations étant excellentes je me réjouis de participer aux prochaines courses.



Evolution de ma blessure

Comme j’en fais part dans l’article sur la coupe du monde à Aussois, je me suis fracturé la malléole interne droite lors d’une chute durant le sprint.

Les différentes radiographies et scanner que j’ai passés montrent clairement une fracture. Les médecins sont unanimes pour dire qu’une opération n’est pas nécessaire.

Une semaine après ma chute, mon plâtre a été remplacé pour laisser place à un plâtre plus léger me permettant de poser le pied par terre. J’ai dû porter ce plâtre durant deux semaines. Ensuite, le port d’une attelle suffisait et j’ai pu commencer les séances de physiothérapie. Mon pied étant encore très douloureux et ma musculature plus faible, la reprise des entrainements s’est faite petit à petit.

6 semaines, c’est le temps nécessaire pour guérir d’une fracture. C’est pourquoi c’est seulement après 6 semaines que j’ai sérieusement repris le sport et mes entrainements de ski-alpinisme. Mes sensations et les améliorations ressenties se sont vues confirmées par un dernier rendez-vous chez le médecin.

Malgré le fait que ma cheville soit guérie, le médecin m’a signalé que je pouvais encore ressentir des douleurs durant les 2-3 prochains mois. Néanmoins cette douleur devrait être supportable et devrait me permettre de reprendre rapidement la compétition.

 



Coupe du monde Aussois 2019

Cet été, la saison de ski-alpinisme commençait très tôt en comparaison avec les autres années. La première coupe du monde avait déjà lieu les 20-21 décembre à Aussois, en France. Au programme, une course individuelle le vendredi et un sprint le samedi.

Je me réjouissais de prendre part à ces épreuves car les sensations les jours précédents étaient excellente.

Le vent, la neige et la pluie sont venus pimenter course individuelle. Dans le coup pour un podium Espoirs (U23) jusqu’au sommet de la avant-dernière montée, je perds bêtement du temps dans les transitions et dans la descente. Je terminerai à la 6e place chez les U23 et la 25e au général. Les sensations sont bonnes, mais le bon wagon est parti et je ne parviens pas à revenir. Point positif, mon niveau de forme est déjà excellent en ce début de saison.

Le lendemain lors du sprint, je réalise une bonne qualification mais je sais que je peux encore aller plus vite. Je me réjouissais donc de participer aux quarts de finale, d’autant plus que dans mon quart se trouvent plusieurs autres espoirs et de précieuses places allaient se jouer. Malheureusement, j’ai été stoppé net dans mon élan car je connais une grosse chute dans la descente. Je parviens à me relever et à terminer la course en dernière position de mon quart. Mais une fois la ligne d’arrivée franchie, la douleur s’accentue et je comprends alors que quelque chose ne va pas. Je suis alors pris en charge par les secouristes, puis ambulanciers qui me conduisent dans une cabinet proche de la course pour y faire des radios. Les radios montrent une fracture de la malléole interne droite mais on me recommande de faire un scanner à mon retour en Suisse.

A l’hôpital de Sion, ce verdict fut confirmé et me voilà donc au repos forcé pour les deux prochains mois…

Merci à tous pour votre soutien dans ce moment difficile.

Photos: Maxime Schmid

Lien vers les résultats

 



Championnat du monde de course de montagne à Villa la Angostura, Argentine

Cette année, le championnat du monde de course de montagne avait lieu à l’autre bout du monde, dans le petit coin de paradis qu’est la Patagonie! Malgré le fait que ce championnat ait lieu en plein milieu de ma préparation pour ma saison hivernale, je n’avais pas pu refuser cette opportunité offerte par la fédération belge d’athlétisme. C’est donc à quatre, Roger Igo (le coach), Charlotte de Wilde et Vincent Siringo, que nous avons fait le déplacement vers cette terre propice à la rêverie et peut-être également aux exploits sportifs…

A l’aller, notre voyage ne fut pas des plus agréables. Problèmes techniques et retards ont fait en sorte que l’on arrive sur place que le soir précédent la course, 18 heures avant le départ… Pas vraiment l’idéal pour aborder un championnat du monde. Néanmoins l’envie de bien faire est très présente et l’excitation monte progressivement.

Au moment du départ, la météo est très capricieuse, des trombes d’eau s’abattent sur nos têtes, les sentiers du parcours deviennent des rivières ou des toboggans boueux. Peu importe, une fois le dossard épinglé rien ne peut m’arrêter. Placé en dernière ligne sur la ligne de départ, les premières minutes de courses sont difficiles, le parcours devient rapidement étroit et il me faut sans cesse changer de rythme pour dépasser un concurrent. Petit à petit, je remonte la file de coureurs, les jambes répondent très bien, je parviens à être explosif dans tous les changements de rythme.

Au moment d’aborder la descente, j’aperçois quelques coureurs qui doivent compter environ 30 secondes d’avance sur moi. Sur ce terrain glissant, la descente s’annonce fun! Je parviens à revenir sur plusieurs coureurs, parmi eux Xavier Chevrier (Champion d’Europe 2017) et Julien Rancon (Champion d’Europe par équipe 2017). Je comprends alors que je suis en train de faire une très belle course et qu’il ne doit pas y avoir beaucoup de coureurs devant moi! Je poursuis mon effort, l’arrivée ne doit plus être loin. Néanmoins, les deux derniers kilomètres seront plus compliqués et je perds quelques places. Mais le résultat final est incroyable! Je termine 13e!! Pour rappel, l’année précédente j’étais 45e… Quel moment intense!

Les heures suivants la course et le lendemain j’ai vraiment voulu profiter un maximum de cet endroit, quoi de mieux que de le faire en courant… Mes jambes s’en souviendront longtemps!

Lien vers les résultats

 



Dérupe 2019

La Dérupe c’est le rendez-vous incontournable de ma saison de course de montagne. C’est la course qui relie Chalais à Vercorin, le village où je réside depuis 2008.

Sur cette course de 6km et 800m de dénivelé, le chrono a une grande importance pour moi, il est la preuve de ma progression de ces dernières années.

Mes temps de ces dernières années:
2016: 35’42
2017: 35’03
2018 : 34’17

Et mon chrono de 2019 fut 33’54! J’abaisse encore ma meilleure marque! Et cerise sur le gâteau, je remporte la course en ayant pris mes responsabilités en partant seul dès le départ!

Merci à tous ceux qui ont rendu cette journée particulière!

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Jeizibärg-lauf 2019

Cela faisait plusieurs années que je n’avais plus participé à cette course reliant les villages de Gampel et Jeizinen dans le Haut-Valais. Les résultats de cette course étant combinés avec ceux de la Dérupe (la course de mon village à Vercorin), j’avais donc une bonne raison d’y participer.

En plein bloc de volume (un bloc de volume est une série de plusieurs jours/semaines ou la charge d’entraînement est très élevée et sert de base pour la saison à venir), les sensations ressenties durant la course n’étaient pas excellentes. Néanmoins je parviens à accrocher un bon 5e rang derrière certains des meilleurs athlètes suisses.

Après la course, j’ai voulu profiter au maximum des belles couleurs automnales, alors j’ai prolongé mon effort de plus de 2 heures…

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Altitrail de Chalin 2019

Après deux semaines de pause qui marquent pour moi la transition entre la saison estivale et hivernale, j’étais de retour aux affaires à l’occasion de l’Altitrail de Chalin. Pour ceux qui aiment les montée raides et interminables, je vous recommande cette course… Ces mensurations sont 12km et 2365m de dénivelé. Je peux vous assurer qu’après deux semaines sans avoir fait de sport, cette course était un vrai challenge pour moi.

Vu la longueur de la course, le rythme après le départ est prudent. La fraîcheur matinale est vite oubliée et il me faut retirer une couche, le rythme s’accélère. Les premiers 1000m de dénivelé sont faits. Repris par Manu Vaudan puis Pierre Mettan, je m’accroche quelques dizaines de minutes. Le manque d’entraînement et peut-être également l’altitude commencent à se ressentir et je dois lever le pied. Quelques coureurs me dépassent peu avant la ligne d’arrivée mais cela ne me dérange pas, je profite de lever les yeux vers le magnifique panorama qui s’offre à moi. Je terminerai la course en 7e position.

Les quelques centimètres de neige au sommet du parcours nous annoncent que l’hiver est proche…

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Fully-Sorniot 2019

Fully-Sorniot est une des grandes classiques en Valais lorsque l’on parle de course de montagne. Les organisateurs fêtaient cette année la 45e édition. Fully-Sorniot est une course assez exigeante, son parcours est composé d’une longue montée à très forts pourcentages (7km pour 1600m de dénivelé) puis d’environ 1km de plat juste avant l’arrivée. Depuis le col de Sorniot, la vue sur la plaine du Rhône vaut les efforts fournis à la montée.

Ayant déjà participé à plusieurs reprises à cette course il y a quelques années sur le parcours Fully-Planuit réservé aux enfants, c’était cette année ma première participation sur le parcours principal.

Je réalise une course satisfaisante, je termine 2e derrière Pierre-André Ramuz, mon coéquipier au sein du BCVS Mount Asics Team, dans un temps de 1h08.

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Trail du Besso 2019

Lors de mon retour en Suisse après ma course en Irlande, l’envie m’a soudain prise de participer quelques jours plus tard au Trail du Besso, une course récemment créée à Zinal et qui parcourt des sentiers alpins très techniques et qui offre un décor incomparable.

Deux distances étaient proposées aux coureurs, le Trail du Roc (25km / 2300m de dénivelé) et le Trail du Besso (55km) / 5400m de dénivelé). Pour ma part, le 25km me suffisait amplement.

C’est donc sans pression et avec pour but de savourer ce moment en montagne que j’ai pris le départ. Viser la meilleure performance possible n’était pas mon objectif ce jour-là.

Cette magnifique journée dans le Val d’Anniviers s’est également clôturée par une très belle victoire!

Lien vers le site
Lien vers les résultats