Championnat du monde Andorre 2018

Cette année, les championnats du monde avaient lieu à Canillo en Andorre

Porter les couleurs de la Belgique est toujours un honneur pour moi, c’est pourquoi ces championnats du monde étaient l’un de mes grands objectifs de l’été.

Arrivé sur place deux jours avant la course, j’ai eu le temps de reconnaître une partie du parcours et me préparer aux différentes difficultés. Le parcours pouvait être décomposé en trois parties principales. Une première montée de 4.5km, une partie plus plate de 5km et une dernière partie très raide de 2.5km. Au total, la course comptait 12km et 1000m de dénivelé positif et 100m en négatif.

A côté de moi sur la ligne de départ figurait un autre Belge, Ward Oosterlinck. Je réalise un départ prudent mais remonte assez rapidement pour me situer aux environs de la 50e place. Dans les parties plus raides, alors que certains coureurs se mettent déjà à marcher, je parviens à continuer de courir et dépasse quelques coureurs. Je sais que je peux aller plus vite mais il reste encore un peu moins de 10km. Je patiente donc jusqu’à ce qu’un ami français, Fabien, me dépasse et que je décide de le suivre car il est connu pour bien gérer ses courses. Nous remontons jusqu’aux environs de la 30-32e place.

Au 5e km, une petite descente nous attend avant de rejoindre la partie vallonnée. A ce moment, je commence à ressentir des maux de ventre. Ces problèmes m’avaient déjà un peu gêner durant toute la semaine précédente. Malheureusement, je n’en connais pas encore la raison.

A partir du 7-8e km, cela devient de plus en plus difficile, de nombreux coureurs me dépassent. Je les suis quelques centaines de mètres puis je dois les laisser partir. Vient enfin la très raide montée, je suis contraint de me mettre à marcher. Je reste concentré et puise dans mes dernières forces. De nombreux amis regroupés à 1km de l’arrivée me motivent à tout donner jusqu’au bout.

A l’arrivée, je termine 45e, un bon résultat mais pas celui que j’aurais espéré après mon début de course.

Après la course, comme à chaque fois, les résultats de tous ont été fêtés dans une incroyable ambiance.

Lien vers le site

 



Matterhorn Ultraks 2018

Lors des 4 dernières éditions du Matterhorn Ultraks à Zermatt, je m’étais élancé sur le parcours de 19km. Cette année, j’ai voulu m’essayer à une distance plus longue, les 32 kilomètres. J’ai senti que j’étais prêt, que mon corps et ma tête étaient prêts à affronter de plus longs efforts.

Je suis arrivé sur place la veille de la course afin d’avoir une bonne nuit de sommeil et mettre toutes les chances de mon côté sur cette première expérience.

Depuis début juillet, je me sens très bien, je m’attendais donc à une belle course. La concurrence allait être rude avec entre autre Stephan Wenk, l’un des meilleurs coureurs au monde sur cette distance.

J’ai voulu aborder cette course de la façon la plus professionnelle possible. Des amis me ravitaillent sur le parcours, j’ai estimé mes temps de passage et soigné mon alimentation.

C’est donc samedi à 8h45 que la course a commencé. Je suis directement parti avec Stephan et un allemand. Après quelques kilomètres, je me sens toujours très bien et arrive à suivre sans trop de peine le rythme de Stephan. Nous passons ensemble à Sunegga en avance de 2min sur mes prévisions et Riffelalp en avance de 3min.

Ensuite, Stephan a accéléré et je ne suis pas parvenu à suivre. Je ferai donc la deuxième moitié de la course seul. Je perds un peu de temps sur mes prévisions entre Furi et Schwarzee. Une chute et une entorse m’ont ralenti un peu mais rien de grave heureusement.

Je parviens donc à l’arrivée en 2ème position en 2h49. Un résultat très satisfaisant qui me permet d’attendre avec impatience Sierre-Zinal l’année prochaine.

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Thyon-Dixence 2018

A ce jour, Thyon-Dixence est l’une des plus belles courses à laquelle j’ai participé. Elle a lieu entièrement au-dessus de 2000m, possède de nombreuses parties techniques et l’arrivée sur le barrage est stupéfiante.

L’année passée, c’était ma première participation, j’avais terminé 17e en 1h17’41. Mon objectif cette année était d’améliorer mon rang et mon temps.

C’était vraiment une journée incroyable. Mes sensations n’étaient pas géniales les jours précédents la course mais dès le départ, j’ai su que j’étais en pleine possession de mes moyens. J’espérais améliorer mon chrono mais à ce point c’était inimaginable. Je suis parti assez rapidement puis dans les parties techniques, je suis revenu au contact d’un groupe de 4 coureurs qui occupaient à ce moment là les places 2 à 5. Je me suis accroché et me disais dans ma tête que je devais tout donner au risque d’exploser avant la ligne d’arrivée. Dans les parties techniques, je me sentais très à l’aise, ce qui m’a permis de respirer un peu et dépasser un coureur. Je n’ai pas voulu attaquer tout de suite, j’ai préféré garder des forces pour la fin comme me l’avait conseillé César à l’échauffement. A 3km de l’arrivée, je dépasse un Kenyan et accélère pour tenter de revenir sur les deux coureurs de tête et pour conserver cette incroyable 3ème place. Ensuite, les encouragements au sommet du Mirador et sur le barrage m’ont donné des frissons et poussé jusqu’à la ligne d’arrivée où je n’ai pas pu cacher mon émotion. C’est sans aucun doute ma course de référence et une grande source de motivation pour la suite.

Lien vers le site
Lien vers les résultats

Articles du Nouvelliste :

https://www.lenouvelliste.ch/articles/sports/autres-sports/thyon-dixence-les-kenyans-sont-les-plus-rapides-774828

https://www.lenouvelliste.ch/articles/sports/autres-sports/thyon-dixence-troisieme-maximilien-drion-a-termine-dans-la-meme-minute-que-le-vainqueur-774885

 



Montée des pavés Taninges 2018

Après avoir passé une semaine avec des amis à Chamonix, j’ai décidé de prendre part à une course pas très loin à Taninges. Il s’agissait de la course de sélection des Français pour les championnats du monde. Ce fut donc une course très relevée, avec les meilleurs spécialistes français au départ.

Le parcours proposé était de 12km et 1200m de dénivelé positif et 200 négatif.

Je connaissais bien plusieurs coureurs pour les avoir déjà rencontrés lors de championnats d’Europe et du monde ces dernières années. Par conséquent, je savais plus ou moins à quel niveau m’attendre. Je décide donc de suivre les meilleurs et de tenter de les suivre le plus longtemps possible. Petit à petit, le groupe de tête dont je fais partie rétrécit et après une vingtaine de minutes je me retrouve seul avec Manu Meyssat. J’arrive encore à tenir quelques minutes puis lâche à mon tour. Au sommet de la montée, Sylvain Cachard puis Fabien Demure me dépassent mais je me bats jusqu’au bout parce que les écarts sont serrés. J’aurai même droit à un sprint final de 1km en 2’45 avec Julien Rancon sur un faux-plat descendant. A l’arrivée, je le devance d’une seconde et prend donc la 4e place.

Je suis très satisfait de mon résultat même s’il m’a manqué un peu de fraîcheur sur la fin.



Tour des Alpages 2018

Depuis quelques années, le Tour des alpages à Anzère est devenu l’un des rendez-vous incontournables de ma saison. C’est une course assez particulière car peu technique et par conséquent très rapide. Des coureurs à l’aise sur le plat peuvent vraiment faire de grandes différences.

Après un camp d’entrainement d’une semaine avec mes amis étrangers à Vercorin, ce n’est pas dans une situation idéale que j’abordais cette course mais j’étais néanmoins impatient de prendre le départ.

Cette année, j’ai eu l’impression que les coureurs sont partis moins vite que d’habitude, au sommet de la montée je me situe en 2-3e position sans être monté à bloc. Je perds ensuite 3 places sur la suite du parcours face à des spécialistes de course sur route. Je termine donc 6e au classement général et 3e suisse en 1h08’15. Meilleur temps personnel amélioré même si je pense que je peux encore gagner quelques minutes sur le parcours. Vivement l’année prochaine !

Lien vers le site
Lien vers les résultats



International Training Camp Vercorin

Du 4 au 11 juillet, Vercorin a été le centre d’entraînement d’une dizaine de coureurs français, irlandais et anglais avec qui je me suis lié d’amitié lors des championnats du monde et d’Europe ces dernières années !

Cela a été l’occasion pour moi de leur faire découvrir cette belle région qu’est le Valais, et particulièrement Vercorin, le Vallon de Réchy et le Val d’anniviers. Ils ont découvert le programme du camp jour par jour et de belles surprises étaient au programme !

Big Air Bag, Via Ferrata, trottinettes, mini-golf, repas au restaurant, massages, compex, discussion avec Vincent Theytaz (directeur de Sierre-Zinal),… Chaque jour était bien rempli, mes amis ont adoré !

Un grand merci à tous ceux qui m’ont aidé à mettre sur pied ce projet.



Championnat d’Europe de course de montagne 2018

Direction la Macédoine pour les championnats d’Europe de course de montagne ! C’est vraiment un honneur et une grande fierté pour moi de participer à de tels championnats.

La course a eu lieu à Skopje le 1er juillet sur les pentes du Mont Vodno. Nous étions trois belges représentés, Charlotte Dewilde chez les séniors femmes, Ward Oosterlinck et moi chez les séniors hommes.

Lors de la reconnaissance du parcours, j’ai vite remarqué que ce parcours conviendrait parfaitement à mes qualités. Très peu de moments de répit, des montées et descentes techniques. Je me réjouissais donc de parcourir ce parcours de 11km et 700m de dénivelé positif et négatif.

Voici le déroulement de ma course :
Dans les premiers hectomètres, il était très difficile de se faire une place, tout le monde voulait être bien placé au moment d’aborder le petit sentier étroit. Je me sens freiné par les coureurs devant moi, je me sens très bien. Au fur et à mesure, je parviens à dépasser de nombreux concurrents, je passe de la 50e place à la 20e environ sur l’ensemble de la première montée. Dans la descente, je ne descends pas à fond, choisis la meilleure trajectoire. Dans la deuxième montée, les jambes se font lourdes, les efforts fournis dans la première montée se font sentir, néanmoins je reste concentré et remonte jusqu’à la 17e place. Plus qu’une descente !
La première partie très technique est passée sans problème, ensuite je trébuche bêtement sur une racine mais parviens à éviter de justesse la chute. Durant ce bref instant de crispation, je sens un début de crampes apparaître… Je prends donc la décision de ralentir un petit peu afin d’éviter une crampe à 3km de l’arrivée et préfère garder de l’énergie pour la fin de la descente. 4 coureurs me dépassent donc mais c’est mieux que de tout risquer et de descendre en marchant. A l’arrivée, François Leboeuf, mon coéquipier du BCVS Mount Asics Team se rapproche rapidement de moi, je finis donc à bloc pour l’empêcher de me dépasser et le devance de 4 secondes. A l’arrivée, je termine donc 21e, bien mieux que ma 56e place de l’an passé !

Je suis vraiment super satisfait par ce résultat et j’ai bien fêté ça avec mes amis étrangers lors de la fête qui a suivi…

Résultats séniors men



Championnat suisse de course de montagne

Cette année, les championnats suisses de course de montagne avaient lieu dans le canton de St-Gall à Bütschwill. Cette course ne figurait pas parmi mes objectifs mais j’avais à cœur de bien faire face aux meilleurs spécialistes suisses de la discipline venus en nombre pour tenter de se sélectionner pour les championnats d’Europe.

Durant la course, ma tactique était simple, partir doucement et remonter progressivement mes concurrents, malheureusement je n’ai pas pu accélérer… Les jambes ne répondaient pas du tout ! A l’arrivée je finis à 10 minutes de coureurs avec lesquels j’ai l’habitude de rivaliser. Je finis loin, très loin, à la 38e place. Pas facile de comprendre ce qui m’est arrivé, mais je sais que les prochaines courses se dérouleront mieux, beaucoup mieux !

Place à un peu de repos, à mes examens puis aux championnats d’Europe en Macédoine !



Droit du Catogne 2018

C’était ma deuxième participation au Droit du Catogne à Sembrancher. Comme son nom l’indique, cette course est raide, très raide, 6km pour 1100m de dénivelé. En 2015, j’avais réalisé un temps de 49’20. Cette année, en participant à cette course, j’allais prendre conscience de mes progrès réalisés ces dernières années.

Avant la course, j’avais pour objectif de faire toute la montée en courant. Habituellement, je parviens à faire cela en fin de saison après de nombreuses heures d’entrainement. De plus, cette course constituait un bon challenge en vue de mes objectifs de l’été.

Au départ de la course figuraient de très bons coureurs, ma tactique de course était claire : suivre puis attaquer ! Allais-je être capable de l’appliquer ?

Le premier kilomètre de la course est relativement plat, nous sommes encore tous ensemble. Après 1km, au moment où la pente s’élève, Lukas von Känel accélère brusquement, je réagis rapidement et ne lâche pas d’une semelle. Ainsi, pendant les 20 premières minutes, je parviens à suivre et à courir alors que Lukas, qui a opté pour des bâtons, marche régulièrement. A mi-course, une courte descente précède un faux-plat et la deuxième partie raide de la course. Cet à ce moment que je décide d’essayer de le dépasser. Sans faire une grosse attaque, je remarque que je lui ai pris quelques mètres. Alors je décide de faire une deuxième accélération, pour tenter de le lâcher définitivement. Il reste 3km et plus de 500m de dénivelé, ai-je attaqué trop tôt ? Dans la deuxième partie de la course, je rattrape des coureurs partis 30min ou 1h avant, tous m’encouragent et me motivent à poursuivre sur ce rythme. Cela commence à être dur de courir mais l’arrivée est proche et je suis en train de faire une très belle course. Je sers les dents et bien que la victoire soit presque en poche, je me bats jusqu’au bout pour faire le meilleur temps possible. Avec un temps de 44min07, c’est plus de 5min de mieux qu’en 2015 !

L’objectif de tout faire en courant est atteint, je suis super content !

Lien vers le site
Lien vers les résultats

Des photos suivront…



Monthey d’Illiez 2018

L’année passée, la course de montagne Monthey d’Illiez faisait office de championnat suisse. Cette année, le championnat suisse de course de montagne aura lieu le 2 juin à Bütschwil dans le canton de St-Gall.

C’est donc pour évaluer l’avancement de ma préparation, après un peu plus de 3 semaines de course à pied depuis la fin de ma saison de ski-alpinisme, que j’ai pris le départ de cette course. La première course, bien qu’elle ne présente pas de grands enjeux, sert de base à la confiance pour tout le début de saison.

Malgré le fait que la course ne serve pas de support au championnat suisse, le niveau était très relevé. En plus de mes coéquipiers du BCVs Mount Asics Team Cesar Costa, François Leboeuf et Pierre-André Ramuz, figuraient également au départ Alexandre Jodidio et Rémi Bonnet.

Le départ a donc lieu à Monthey et l’arrivée à Val-d’Illiez. Je suis parti plus vite que l’année passée. Rapidement, Rémi prend un peu d’avance et je suis deuxième derrière Alex Jodidio. Sur le plat de Chenarlier, Alex me dépasse et prend un peu d’avance. Durant toute la course, j’ai tenté de boucher ce petit écart mais 7 secondes me séparent au final de la 2e place.

A l’arrivée, mon temps de 40’19 est légèrement supérieur à celui de 2017, mais j’ai moins d’entrainement et la course n’avait pas le même enjeu.

Je suis donc très satisfait de ma première course et me réjouis de voir les surprises que me réserve la course de montagne cet été.

Lien vers le site
Lien vers les résultats