Catégorie :Course à pied

Tour des Alpages 2019

Depuis 5 années, le Tour des Alpages à Anzère est devenu un rendez-vous incontournable durant ma saison de course de montagne. Sur un parcours peu technique et très rapide de 17km et 600m de dénivelé positif et négatif des spécialistes de course sur route peuvent mener la vie dure aux spécialistes de course de montagne comme moi. L’ambiance lors de cette course fait que ces 17km sont vite avalés et qu’ils laissent place à un agréable moment dans le centre d’Anzère.

Lors de chaque édition, les organisateurs parviennent à réunir un joli plateau de coureurs suisses et internationaux.

Pour ma part, après un intensif camp d’entrainement qui s’est terminé quelques jours avant la course et durant lequel j’avais ressenti de très bonnes sensations, je me réjouissais de prendre le départ. Néanmoins, je sens que je suis moins « tranchant » et que j’accuse un peu le contre-coup du camp. Mais peu importe, une fois le dossard 4 épinglé, je suis prêt à tout donner!

Peu après le départ, je décide de prendre les choses en main. J’accélère un peu dans la montée avec l’Italien Xavier Chevrier, récent 3e des championnats d’Europe de course de montagne début juillet. Rapidement, nous creusons un petit écart mais après 2km, je décide de le laisser partir afin de garder des forces pour les 15 prochains kilomètres. Peu après le sommet de la montée, une fusée marocaine me dépasse et je ne tente même pas de suivre. Ensuite vers le 9e km, je suis rejoint par Julien Rancon, 2e lors des championnats du monde de trail en juin, je tente de m’accrocher et parviens à garder un retard fluctuant entre 10 et 25 secondes. Je ne perds jamais espoir et l’avoir en ligne de mire me permet de maintenir un rythme élevé et ainsi d’éviter le retour d’autres concurrents. Néanmoins, je ne parviens pas à le rattraper et terminerai donc 4e, à 12 secondes du podium.

Mais je ne ressens aucune déception, car avec mon temps de 1h05’51 » j’améliore de 2min25 ma meilleure performance sur cette course et je finis également premier au niveau suisse! Je suis donc extrêmement satisfait, premièrement d’avoir retrouvé mon meilleur niveau et de me sentir confiant en vue de ma prochaine course… la mythique course Sierre-Zinal.

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Championnat d’Europe de course de montagne 2019 Zermatt

Le premier gros objectif de la saison estivale que j’avais coché sur mon calendrier était le championnat d’Europe de course de montagne. Celui-ci se déroulant à Zermatt, à 1h30 de Vercorin, il me tenait vraiment à cœur de briller sur cette course.

Le parcours était composé d’une seule montée d’environ 10km pour 1000m de dénivelé positif. N’habitant pas très loin, je m’étais rendu sur place la semaine précédente afin de reconnaître le parcours et savoir à quoi m’attendre le jour J.

Nous étions 7 Belges engagés sur ces championnats, 3 juniors hommes, 1 senior femme et 3 seniors hommes.

En début de saison, j’avais annoncé que mon objectif serait de figurer dans les 20 premiers car l’année dernière j’avais terminé 21e au CE. Néanmoins, après mon mois de juin passé à rechercher de bonnes sensations à l’entraînement, j’ai revu mes ambitions à la baisse. Terminer dans les 30 premiers aurait été satisfaisant pour moi.

Me voilà donc sur la ligne de départ en compagnie de Florent Caelen et Félix Syfer et 76 autres concurrents. Parti prudemment, je commence à fournir mon effort après 3km, là où la pente devient la plus raide. Les kilomètres s’enchaînent et je reprends régulièrement l’un ou l’autre coureur. A deux kilomètres de l’arrivée, cela se complique un peu pour moi, le manque d’entrainement se fait ressentir mais je m’accroche. Quelques mètres avant l’arrivée je dépasse 3 coureurs et termine en 35e position. Vu que les sensations ressenties étaient bien meilleures que celles que j’ai eu durant tout le mois de juin, ce résultat me satisfait. Le niveau étant très dense, très peu de temps me sépare des meilleurs, de bonne augure pour la suite.

Lien vers les résultats

 



Bilan de début de saison en course de montagne

Après une pause de deux semaines après une intense et fabuleuse saison d’hiver sonnait la reprise d’une nouvelle saison de course de montagne. Mes deux principaux objectifs cet été seront les championnats d’Europe à Zermatt et Sierre-Zinal.

Durant mes trois premières semaines d’entrainement, j’ai vraiment senti une très grande progression car je n’avais que très peu couru durant l’hiver. Durant ces trois semaines, j’ai donc recommencé à avoir de bonnes sensations en course à pied.

Ma première course fut une étape du Tour du Chablais à Bex où je termine deuxième. Dix jours plus tard, le 25 mai, a eu lieu le championnat de Belgique de course de montagne où j’ai validé ma sélection pour les championnats d’Europe grâce à ma deuxième place.

Le weekend suivant, afin d’acquérir du rythme, j’ai pris part à deux courses, la course du Bénou le samedi et le Tour du Val de Bagnes le dimanche. Je termine respectivement 1er et 2ème. La saison commence bien mais durant les jours qui suivirent, je ressentis comme un contre-coup et mes sensations à l’entrainement ne sont pas géniales. Je décide néanmoins d’aller à St-Gervais (France) le weekend suivant afin de me mesurer aux meilleurs Français lors des championnats de France de course de montagne. Et ce fut une mauvaise idée car rapidement je remarque que je ne suis pas du tout dans le coup et je peine à courir même dans les montées avec faible pourcentage.

Je décide donc de prendre une semaine de repos pour laisser à mon corps le temps de bien récupérer ainsi que pour bien étudier car mes examens approchent. Une semaine passe et mes sensations ne sont pas de retour, je cours un jour sur deux ou sur trois. Après 2 semaines, je décide de faire des tests sanguins pour voir si j’ai d’éventuelles carences. Néanmoins les résultats ne montrent rien et je me dis que cela va finir pas passer.

Le 28 juin je remarque enfin une nette amélioration, je parviens enfin à courir à rythme qui me convient. Les jours suivants je commence à me sentir de mieux en mieux, de quoi me rassurer un peu avant les championnats d’Europe.



Dérupe 2018

Ces dernières années, la course la Dérupe vient clôturer ma saison de course de montagne. Et quoi de mieux que de terminer la saison à la maison à Vercorin.

En effet, la Dérupe est une course organisée par le Ski-club Brentaz-Vercorin. Le départ est donné à Chalais et l’arrivée se trouve à Vercorin quelques 800m de dénivelé plus hauts.

Cette course, en plus d’avoir lieu chez moi, comporte un autre aspect particulier. Il s’agit de la première course à laquelle j’ai pris part lorsque je suis arrivé en Suisse en 2008. Elle représente donc beaucoup pour moi car c’est sur ce parcours que j’ai découvert mon talent caché pour ce type d’effort.

Chaque année, de nombreux coureurs viennent prendre part à la Dérupe pour terminer leur été en beauté et pour certains pour marquer la transition avant leur saison de ski-alpinisme.

Cette année, la course était très relevée et la météo idéale. Cela annonçait une très belle course.
Après environ 10 minutes de course, je me détache avec 2 autres coureurs, le Colombien Saul Antonio Padua et le Français Pierre Chauvet. A mi-course, Saul Padua accélère, je m’accroche quelques minutes puis dois le laisser partir.
Ja serai donc seul sur la fin de la course mais les encouragements de nombreux amis sur le parcours m’aura tenu compagnie et motivé à poursuivre mon effort afin d’améliorer mon meilleur temps personnel.

A l’arrivée, je termine donc 2e et dans un excellent temps de 34’17, 47 secondes de mieux que mon meilleur temps personnel !

Merci à toutes les personnes présentes et avec qui j’ai passé un très agréable moment !

A bientôt pour de nouvelles aventures sur les skis.

Lien vers les résultats
Lien vers le site

Article Nouvelliste Dérupe 2018 transition été hiver



Skyrhune 2018

Quelques jours après les championnats du monde en Andorre, je me suis rendu au Pays Basque à Ascain pour participer à une des courses françaises les plus relevées, la Skyrhune. Le parcours était très exigeant, 21km pour 1700m de dénivelé positif et négatif. Mais ce n’était rien comparé à l’extrême chaleur qui régnait ce jour-là. Les spectateurs étaient venus en nombre mettre une incroyable ambiance sur les pentes de la Rhune.

Cette course fut l’occasion de retrouver la plupart des amis que j’avais invité une semaine à Vercorin en Suisse faire camp d’entrainement.

A l’arrivée, je termine 12e, au bout de moi-même. Atteindre l’arrivée était déjà une très grande satisfaction avec de telles conditions.

Un grand merci à l’organisation pour l’invitation. C’est une très belle région, montagnes et océans se côtoient et forment un très bel ensemble.

Lien vers le site
Lien vers les résultats



KM Vertical de Fully 2018

J’ai pris part pour la première fois à ce effort très particulier qu’est le Km vertical de Fully. Avec ces 1.9km pour 1000m de dénivelé, c’est un des KV les plus raides au monde. J’avais pour ambition de faire un temps inférieur à 33 minutes.
La course se fait en contre-la-montre, chaque coureur part espacé de 20 secondes et le casque est obligatoire à cause du risque de chutes de pierres.
Afin d’y parvenir et de faire la course la plus régulière, j’avais programmé ma montre pour qu’elle fasse un petit « bip » chaque 3min18, ce qui devait correspondre à 100m de dénivelé (10x 3’18 = 33′). J’ai réussi à tenir ce rythme jusqu’au 600m de dénivelé mais j’ai perdu un peu de temps sur la suite et termine en 34min18 à la 10e place. Cela reste un très bon chrono et je suis tout de même satisfait. La préparation hivernale avance bien.

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Ascension du Christ-Roi 2018

Après la Skyrhune, j’ai fait deux semaines de pause complète en vue de l’hiver. Deux semaines après, me revoilà déjà avec un dossard lors de mon premier jour de repris.

Le parcours de l’Ascension du Christ-roi a un profil qui me convient bien. Ce parcours de 6.2km pour 620m de dénivelé positif et 130m négatif en fin de course m’a très bien convenu. Parti seul en tête dès la premiers mètres, j’ai été presque rejoint à mi-course par un impressionnant Cédric Mariéthoz. J’ai ensuite pu encore accélérer et agrandir mon avance dans la descente. Je termine 1er au classement général en 34’03 et 1er par équipe avec le BCVS Mount Asics Team !

Lien vers les résultats
Lien vers le site



Championnat du monde Andorre 2018

Cette année, les championnats du monde avaient lieu à Canillo en Andorre

Porter les couleurs de la Belgique est toujours un honneur pour moi, c’est pourquoi ces championnats du monde étaient l’un de mes grands objectifs de l’été.

Arrivé sur place deux jours avant la course, j’ai eu le temps de reconnaître une partie du parcours et me préparer aux différentes difficultés. Le parcours pouvait être décomposé en trois parties principales. Une première montée de 4.5km, une partie plus plate de 5km et une dernière partie très raide de 2.5km. Au total, la course comptait 12km et 1000m de dénivelé positif et 100m en négatif.

A côté de moi sur la ligne de départ figurait un autre Belge, Ward Oosterlinck. Je réalise un départ prudent mais remonte assez rapidement pour me situer aux environs de la 50e place. Dans les parties plus raides, alors que certains coureurs se mettent déjà à marcher, je parviens à continuer de courir et dépasse quelques coureurs. Je sais que je peux aller plus vite mais il reste encore un peu moins de 10km. Je patiente donc jusqu’à ce qu’un ami français, Fabien, me dépasse et que je décide de le suivre car il est connu pour bien gérer ses courses. Nous remontons jusqu’aux environs de la 30-32e place.

Au 5e km, une petite descente nous attend avant de rejoindre la partie vallonnée. A ce moment, je commence à ressentir des maux de ventre. Ces problèmes m’avaient déjà un peu gêner durant toute la semaine précédente. Malheureusement, je n’en connais pas encore la raison.

A partir du 7-8e km, cela devient de plus en plus difficile, de nombreux coureurs me dépassent. Je les suis quelques centaines de mètres puis je dois les laisser partir. Vient enfin la très raide montée, je suis contraint de me mettre à marcher. Je reste concentré et puise dans mes dernières forces. De nombreux amis regroupés à 1km de l’arrivée me motivent à tout donner jusqu’au bout.

A l’arrivée, je termine 45e, un bon résultat mais pas celui que j’aurais espéré après mon début de course.

Après la course, comme à chaque fois, les résultats de tous ont été fêtés dans une incroyable ambiance.

Lien vers le site

 



Matterhorn Ultraks 2018

Lors des 4 dernières éditions du Matterhorn Ultraks à Zermatt, je m’étais élancé sur le parcours de 19km. Cette année, j’ai voulu m’essayer à une distance plus longue, les 32 kilomètres. J’ai senti que j’étais prêt, que mon corps et ma tête étaient prêts à affronter de plus longs efforts.

Je suis arrivé sur place la veille de la course afin d’avoir une bonne nuit de sommeil et mettre toutes les chances de mon côté sur cette première expérience.

Depuis début juillet, je me sens très bien, je m’attendais donc à une belle course. La concurrence allait être rude avec entre autre Stephan Wenk, l’un des meilleurs coureurs au monde sur cette distance.

J’ai voulu aborder cette course de la façon la plus professionnelle possible. Des amis me ravitaillent sur le parcours, j’ai estimé mes temps de passage et soigné mon alimentation.

C’est donc samedi à 8h45 que la course a commencé. Je suis directement parti avec Stephan et un allemand. Après quelques kilomètres, je me sens toujours très bien et arrive à suivre sans trop de peine le rythme de Stephan. Nous passons ensemble à Sunegga en avance de 2min sur mes prévisions et Riffelalp en avance de 3min.

Ensuite, Stephan a accéléré et je ne suis pas parvenu à suivre. Je ferai donc la deuxième moitié de la course seul. Je perds un peu de temps sur mes prévisions entre Furi et Schwarzee. Une chute et une entorse m’ont ralenti un peu mais rien de grave heureusement.

Je parviens donc à l’arrivée en 2ème position en 2h49. Un résultat très satisfaisant qui me permet d’attendre avec impatience Sierre-Zinal l’année prochaine.

Lien vers le site
Lien vers les résultats



Thyon-Dixence 2018

A ce jour, Thyon-Dixence est l’une des plus belles courses à laquelle j’ai participé. Elle a lieu entièrement au-dessus de 2000m, possède de nombreuses parties techniques et l’arrivée sur le barrage est stupéfiante.

L’année passée, c’était ma première participation, j’avais terminé 17e en 1h17’41. Mon objectif cette année était d’améliorer mon rang et mon temps.

C’était vraiment une journée incroyable. Mes sensations n’étaient pas géniales les jours précédents la course mais dès le départ, j’ai su que j’étais en pleine possession de mes moyens. J’espérais améliorer mon chrono mais à ce point c’était inimaginable. Je suis parti assez rapidement puis dans les parties techniques, je suis revenu au contact d’un groupe de 4 coureurs qui occupaient à ce moment là les places 2 à 5. Je me suis accroché et me disais dans ma tête que je devais tout donner au risque d’exploser avant la ligne d’arrivée. Dans les parties techniques, je me sentais très à l’aise, ce qui m’a permis de respirer un peu et dépasser un coureur. Je n’ai pas voulu attaquer tout de suite, j’ai préféré garder des forces pour la fin comme me l’avait conseillé César à l’échauffement. A 3km de l’arrivée, je dépasse un Kenyan et accélère pour tenter de revenir sur les deux coureurs de tête et pour conserver cette incroyable 3ème place. Ensuite, les encouragements au sommet du Mirador et sur le barrage m’ont donné des frissons et poussé jusqu’à la ligne d’arrivée où je n’ai pas pu cacher mon émotion. C’est sans aucun doute ma course de référence et une grande source de motivation pour la suite.

Lien vers le site
Lien vers les résultats

Articles du Nouvelliste :

https://www.lenouvelliste.ch/articles/sports/autres-sports/thyon-dixence-les-kenyans-sont-les-plus-rapides-774828

https://www.lenouvelliste.ch/articles/sports/autres-sports/thyon-dixence-troisieme-maximilien-drion-a-termine-dans-la-meme-minute-que-le-vainqueur-774885